Nous avions pris de l’élan, certes, jusqu’à la levée inexorable des vents contraires. Là où nous étions portés par les prémisses de nos visions, nous voilà luttant péniblement pour rassembler leurs morceaux, déchiquetés par le réel. Émiettés par la souffrance. Mais jamais totalement anéantis, attendant simplement leur heure pour renaître à l’évidence.